Dernières chroniques sur le blog

Image and video hosting by TinyPic Image and video hosting by TinyPic Image and video hosting by TinyPic Image and video hosting by TinyPic Image and video hosting by TinyPic Image and video hosting by TinyPic Image and video hosting by TinyPic Image and video hosting by TinyPic Image and video hosting by TinyPic

09/05/2018

3,7


SERVICE PRESSE


Titre : 3,7
     Auteur : Bruno Demarbaix
     Sorti le 18 novembre 2016
     Lu le 6 mai 2018
     Editions Nutty Sheep
     Genres : Nouvelle / Post-apo

4eme de couverture :

Dans un monde qui vous a tout pris, seuls les braves trouvent encore la force d’aider leur prochain.


Je remercie l’auteur pour ce partenariat et sa confiance.






         Après avoir adoré Darganfod, un court roman de science-fiction, j’ai pris plaisir à retrouver la plume de l’auteur dans une nouvelle très addictive : 3,7. Ce livre se lit relativement rapidement, l’histoire est prenante et nous embarque au cœur d’un univers post-apocalyptique terrifiant. La Terre semble avoir connu des jours sombres, les survivants qui la peuplent tentent tant bien que mal de former des communautés, de rester solidaires afin peut-être de fonder un nouveau chez-eux. Le plus  grand danger de l’homme n’est plus la nature mais l’homme lui-même, cet être redoutable prêt à tout pour assurer sa survie, quel qu’en soit le prix...

     C’est dans ce désastreux contexte que nous allons suivre les escapades d’un mystérieux personnage, Robert. Ce dernier est un collecteur, il est chargé de parcourir de longues distances afin de recueillir des denrées nécessaires pour le groupe, il s’agit d’un homme courageux et droit qui force presque l’admiration. Bruno Demarbaix réussi un superbe tour de force : celui de provoquer l’attachement dudit personnage en à peine quelques pages. Je me suis surprise à vibrer avec lui, à croire et douter avec lui. Le format ne permet pas de dresser un portrait complet et surtout fouillé du protagoniste, mais les éléments distillés çà et là nous permettent d’apprendre à le connaître, à le comprendre, à saisir et analyser ses motivations. Contraint d’affronter une réalité loin d’être idéale, ce dernier semble avoir trouvé un leitmotiv pour avancer. Aider. Se rendre utile. Servir une cause. Assurer la survie du groupe. Collecter des ressources.

      De grands dangers guettent notre héros, bien que préparé au risque certains facteurs tels que les imprévus peuvent venir bousculer son itinéraire, contrecarrer ses plans. Entre peurs et frayeurs, nous prenons conscience de l’urgence de la situation, de l’angoisse quotidienne dont il est victime. L’avenir est incertain pour tout le monde, avec lui s’accompagnent la crainte et la méfiance, deux ennemies qu’il faut combattre comme en temps de guerre. Penser positif. Toujours voir le bon côté des choses. Aller de l’avant sans se retourner. Conseils à respecter, credo à suivre en cette période difficile de reconstruction, de création d’une identité dans un monde dévasté qui peine à se relever.

      Le récit met en avant des valeurs intéressantes, insistant sur le courage et la solidarité dont il faut faire preuve, sur la confiance comme ce qui unit les survivants entre eux. Les volontaires sont les bienvenus pour aider le groupe à se souder, pour lui permettre de s’épanouir dans un juste équilibre. Chaque communauté se doit de disposer de certains éléments afin de se maintenir, de se pérenniser, ces deniers peuvent être durables comme renouvelables, il convient d’assurer leur abondance ou leur préservation, notre héros l’a bien compris, plus que quiconque.

    Plus je lisais ces quelques pages, plus j’avais l’impression que le monde décrit, que la situation dépeinte, que tout ceci pourrait un jour avoir lieu… J’ai été frappé par la justesse des réflexions sur la vie et sur la mort, sur les dangers qui peuvent nous guetter et les plaisirs que l’existence peut nous procurer. Je me suis surprise, une fois la lecture achevée, à espérer pour les personnages, espérer qu’ils puissent s’en sortir dans cet univers post-apocalyptique où tout, absolument tout, est à refaire. J’aurais voulu les aider, les encourager afin de leur insuffler cette énergie nécessaire à la reconstruction.

     Comme dans toute nouvelle, la chute correspond à la dernière impression que le lecteur garde en mémoire, elle peut faire basculer d’un côté comme de l’autre le ressenti. Il apparaît comme nécessaire de la maîtriser, de lui donner du sens mais surtout de l’amener. Dans 3,7, je peux vous assurer que l’on ne voit pas la chute venir, elle fait apparaître un triste sourire sur nos lèvres, un sourire de lecteur compatissant envers les personnages, un sourire qui se veut bienveillant mais résigné, je ne vous en dirai pas plus afin de ne pas gâcher le plaisir de la lecture. Toujours est-il que Bruno Demarbaix maîtrise l’art de la chute, qu’elle résonne en nous comme un sinistre écho de ce qui pourrait nous arriver...

     En définitive, j’ai énormément apprécié la lecture de 3,7. Il s’agit d’une nouvelle palpitante dans laquelle nous nous attachons immédiatement au personnage principal. L’univers dépeint par l’auteur, un monde post-apocalyptique très sombre, pourrait tout à fait correspond au futur de demain. Guidés par une plume fluide et sûre d’elle, nous sommes entraînés au cœur du danger, la peur et l’angoisse s’insinuent progressivement en nous. La chute est plus que pertinente et bien amenée, elle clôture parfaitement le récit. Cette nouvelle régalera les amateurs du genre, à n’en pas douter.

3 raisons de lire 3,7

- Un personnage principal attachant
- Une histoire palpitante et captivante
- De belles valeurs mises en avant

8 commentaires:

  1. Merci pour cette nouvelle découverte !

    RépondreSupprimer
  2. En grande fan de nouvelles, je note évidemment, d'autant plus que l'univers que tu décris m'intéresse énormément ma belle !

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour cette découverte, je le rajoute à ma liste :)

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour la découverte de ce titre ;)

    RépondreSupprimer
  5. Ca m'a l'air super intense et intéressant à lire ^^ Merci pour cette jolie découverte, en plus la couverture est très belle. Je suis très curieuse !

    RépondreSupprimer
  6. je ne connaissais pas mais j'avoue que j'ai toujours un peu de mal avec la SF

    RépondreSupprimer
  7. Oulaaa ! Je suis contente de voir qu'il y a de plus en plus de chroniques sur ton blog, je suis contente de te retrouver <3
    Merci pour cet avis, le roman me plait beaucoup =)

    RépondreSupprimer
  8. Et bien ! Cela fait un moment que je n'ai pas de post apocalyptique ! Je dois dire que le résumé m'a bien tenté et j'adore être tellement dans la fiction que je me mets à encourager les protagonistes :)
    Du coup je pense qu'il va me plaire !

    RépondreSupprimer

Merci de ton passage :)