Dernières chroniques sur le blog

Heberger image Heberger image Heberger image Heberger image Heberger image Heberger image Heberger image Heberger image Heberger image

11/03/2017

Je vous demande le droit de mourir


" Monsieur Chirac, je vous demande le droit de mourir.."
Cette supplice , datée du 30 novembre 2002, s'adressait au président de la République française, qui ne pouvait y répondre favorablement puisque la loi, en France, n'autorise pas l'euthanasie. Et pourtant ... Lorsqu'on lit le message boulversant que nous envoie Vincent Humbert depuis son lit d'hopital de Berk, on ne peut qu'être troublè : quand la médecine ne peut plus rien pour vous, quand vous êtes le spectateur impuissant de vos tortures, pourquoi vous serait-il refusé (toutes considérations religieuses mises à part) d'en obtenir la fin ?
La fin d'un supplice : c'est ce que Vincent souhaite, avec détermination et des arguments terribles ... En attendant, veillé quotidiennement par une mère-pietà dont l'amour et le dévouement n'ont d'égale que sa propre douleur et assisté par un ami avec lequel il communique par signes, il lance dans ce livre un appel pathétique. Pour que les condamnés de la vie puissent obtenir, s'ils le réclament, une libération dans la dignité.

Editions J'ai Lu   Autobiographie  186 pages 



Je vous demande le droit de mourir ne propose pas un style poétique ni même de la grande littérature, non, Je vous demande le droit de mourir livre le poignant témoignage d'un jeune homme. Envoûtant et captivant, une volonté de mettre fin à ses jours qui provoque un certain malaise mais amène en douceur une réflexion sur l'euthanasie, et plus généralement encore sur la capacité d'un individu à être maître de la fin de sa vie.
Un récit fort en émotions et haut en couleur qui relate les étapes successives de la vie de Vincent Humbert depuis son accident jusqu'à la résolution finale. Trois années mouvementées, trois années de réflexion, de doutes, d'espoirs et de désillusions. L'entourage, les médecins, les médias et même le président se sont penchés sur le cas de ce jeune homme tétraplégique aveugle et muet. Les positions divergent, de fréquents désaccords sont régulièrement soulignés, notamment entre la position de Vincent et sa mère.
Un récit à vif, un testament légué à toute une génération, à celles et ceux qui voudront bien lui accorder de l'importance. Ce livre est semblable à un précieux cadeau, quelque chose de fort et fragile à la fois, une volonté de fer dans un corps qui se meurt. Entre chronologie, passé et présent, anecdotes et réflexions, le lecteur ne s'ennuie pas, il ne s'apitoie pas non plus sur le sort de Vincent, non, loin de là, le lecteur tente de comprendre, de déchiffrer tous les sous-entendus qu'une telle demande convoque.
L'histoire ne se concentre par exclusivement sur Vincent, bien qu'il soit au cœur de toutes les discussions. Le ressenti de la mère, son amour et l'espoir qui l'anime sont palpables, sa détermination est contagieuse, la mère de Vincent est une femme courageuse au grand cœur, prête à tout pour le bien de son fils, je peux vous assurer que cette femme est admirable. Les autres membres de la famille sont plus en retrait, les frères sont surtout évoqués, les souvenirs, tous les bons moments partagés. Quant au père, très peu de choses sont dites à son sujet, il est présent lorsque Vincent annonce qu'il veut en finir, cessé de souffrir.
L'univers et l'ambiance du milieu médical sont bien évidemment omniprésents, entre le passage des infirmières et des médecins la vie de Vincent est rythmée par ces visites. Le corps médical ne peut accepter et répondre positivement à la requête de Vincent, il ne peut l'aider à mourir et ce malgré ses demandes.
Le récit de Vincent Humbert m'a touché, m'a mis les larmes aux yeux. L'histoire est triste, mais ce n'est pas cela qui touche le plus, c'est surtout le parcours et la détermination de Vincent. Tout est raconté d'une façon telle que l'on se sent à la fois proche et loin, touché et exclu de ce drame familial qui deviendra national d'une certaine manière. Je pense que ce livre doit être lu pour le message qu'il véhicule, pour les idées qu'il porte.  


9 commentaires:

  1. Un sujet sensible, j'avoue, et un livre qui doit vraiment être riche en émotions.

    RépondreSupprimer
  2. C'est un livre que j'aimerai vraiment lire ! Merci pour ton avis, je suis sûre que c'est un témoignage très poignant.

    RépondreSupprimer
  3. je l'avais lu ce livre et j'en avais pleurer

    RépondreSupprimer
  4. Un témoignage qui doit être très émouvant.

    RépondreSupprimer
  5. J'ai lu ce roman il y a déjà plusieurs années mais je me rappelle qu'il m'avait vraiment bouleversée!

    RépondreSupprimer
  6. Coucou, alors pour les livres avec la Grande guerre en contexte je peux t'en conseiller plusieurs que j'ai adorés:
    Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre de Ruta Sepetys
    Le sel de nos Larmes de Ruta Sepetys (gros coup de coeur pour ma part)
    Elle s'appelait Sarah de Tatiana de Rosnay
    Une fille au manteau bleu de Monica Hesse
    Le garçon au sommet de la montagne de JOhn Boyne (coup de coeur aussi)

    Je te les conseille très fortement ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de quoi pour les titres, les guerres sont des périodes que j'adore découvrir à travers des romans donc si ça peut servir aussi à d'autres ;) Tu me diras si tu craques pour l'un d'entre eux :D

      Supprimer
  7. Pour les chroniques expresses je suis d'accord que c'est très utile quand on ne se rappelle pas bien ^^ Ou même quand on n'a pas forcément la matière (ou la motivation) de rédiger une chronique entière ;)

    RépondreSupprimer
  8. Un thème fort et bouleversant qui devrait ouvrir les consciences, c'est sûr !

    RépondreSupprimer

Merci de ton passage :)