Dernières chroniques sur le blog

Heberger image Heberger image Heberger image Heberger image Heberger image Heberger image Heberger image Heberger image Heberger image

24/05/2016

[ texte ] Beauté


Silhouette élancée et sans le moindre défaut, visage arborant des traits d’une délicatesse exquise, sourire d’une blancheur sans pareille, tels sont les critères de beauté vantés par les publicitaires. La femme doit être mince pour se fondre dans le moule. Maigre pour prétendre être jolie. Anorexique pour ressembler à un mannequin.
Des régimes aux résultats soit-disant magiques inondent les rayonnages des magasins, pullulent sur les écrans, telle une mauvaise herbe ils envahissent notre quotidien. Il ne se passe pas une seule journée sans que j’aperçoive un slogan minceur faisant la une des magazines dans les kiosques. Pas une seule journée sans que l’on me parle de poids, de sport, de régime, de ventre plat. C’en devient maladif, obsessionnel. L’apparence plus que n’importe quoi, le physique plus que l’esprit, le superficiel plus que le naturel. Une lutte acharnée, c’est à celle qui sera la plus belle.
Et vas-y qu’on se batte à coup de fer à lisser ou de jean slim, et vas-y qu’on se peinture le visage. Être à la mode devient essentiel. Besoin vital que celui de se sentir regardée, désirée pour un corps que nous avons sculpté selon une tendance stupide. La mèche doit être impeccable, le vernis assorti à la tenue, les boucles d’oreilles et le collier accordés, le jean retroussé, le haut décolleté. Montrer ses formes sans aucune pudeur, mettre en avant le relief de ses courbes épousant parfaitement la coupe des vêtements. Tel est le credo aujourd’hui. Mentalités trafiquées, jeunesse volée, beauté morcelée.
Nous ne sommes que trop influencés par les médias et les principes de perfection qu’ils véhiculent, que ce soit à travers la publicité ou les films. Notre cerveau est parasité par ces images falsifiées, ces formes idéalisées. On nous abreuve de clichés. On nous gave de stéréotypes. Il devient difficile de discerner le vrai du faux, le bien du mal. La réalité apparaît comme floue, plus incertaine que jamais, indistincte dans la brume de la vie.
Nous apprenons à nous battre. Mentalement. Physiquement. Contre notre propre corps dans un premier temps, puis contre les autres. Le regard qu’autrui porte sur moi est le pire des jugements, assassin et cruel, sans la moindre pitié. Je laisse l’autre devenir le juge de ce que je suis, je lui donne le droit de m’estimer, de me jauger d’un simple regard. Prisonnière de ce cercle vicieux, vouloir encore et toujours être plus jolie, se rapprocher de la perfection. Nous savons pertinemment que notre beauté n’est que superficielle, pis encore, éphémère, et pourtant nous nous évertuons à l’entretenir. Nous tuons notre corps, détruisons notre moral. Nous nous comparons sans cesse aux autres, besoin de se valoriser, se sentir supérieure, plus attirante.

Malgré tous les discours entendus ça et là, nous ne parvenons à admettre la vérité. Inacceptable, inavouable vérité. Elle sommeille au fond de nous, fulmine devant notre rejet, notre ignorance. Elle nous hurle de l’écouter, mettre un terme à son calvaire. La véritable beauté n’est pas palpable. Elle se sent, se ressent, s’exprime. Dans la tendresse et la gentillesse, dans l’amour et l’entraide. Intérieure, inhérente, propre à tout un chacun. Enfouie et cachée, elle est le reflet de notre être, le miroir de nos pensées, l’essence même de ce que nous sommes.
La solidarité et la compassion sont à mes yeux des formes de beauté. Bruts, purs, sentiments délicats et universels qui animent l’Humanité depuis des millénaires déjà. L’entraide et le soutien témoignent de cette volonté d’aller vers l’autre, de lui être utile, une ouverture d’esprit supplémentaire, un gage de qualité à n’en pas douter. Je suis émerveillée devant la fraternité des hommes, alors que je ne suis que charmée par la beauté superficielle. L’admiration et le respect d’un côté, la fascination et la lassitude de l’autre. Le combat de deux beautés. L’une atemporel et magique, l’autre éphémère et futile.

Et vous, quel est votre point de vue sur le sujet ? 

3 commentaires:

  1. Merci. Tout ce que tu dis est vrai. C'est très bien écrit. Je l'ai partagé.

    RépondreSupprimer
  2. Salut :)

    Tu étais abonnée à ma newletter sur Skyrock mais je ne sais pas si tu veux continuer d'être prévenue... quoi qu'il en soit il y a un nouvel article (sur mon blogspot).

    Aussi je voulais te dire : pour faire connaître ton blog tu devrais penser à t'inscrire sur Hellocoton ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour le conseil. Je vais voir pour Hellocoton. J'avoue que je suis sur tellement de chose que je ne sais pas trop. Et oui, je reste abonnée à ta newsletter.

      Supprimer

Merci de ton passage :)