Dernières chroniques sur le blog

Heberger image Heberger image Heberger image Heberger image Heberger image Heberger image Heberger image Heberger image

07/07/2014

J'ai siroté Fille de rouge avec un lapin.





Couverture
   Septembre, la rentrée des classes. Pour Anne, le lycée marque le début d'une nouvelle aventure. La petite Espagnole pense enfin être comme ses camarades, mais c'est sans compter une nouvelle forme de rejet: si elle n'est plus l'étrangère, elle est la fille d'ouvrier, que les filles de notable regardent de haut. En digne héritière de Libertad, son indomptable mère courage, Anne répond â cette nouvelle injustice et se rebelle contre sa condition. A la broderie, elle ne s'intéressera pas. Ses règles, elle ne les aura pas. Et l'âge adulte, elle y échappera. Nostalgique, drôle et émouvant, Fille de rouge tisse le lien entre deux générations de femmes, le cœur au poing.


► 180 pages
► Editions Pocket
► Contemporain



J'avouerai que la couverture est très belle, à la fois douce et délicate, elle procure une impression sucrée, comme si l'on dégusté une sucette à la fraise. Les petits cœurs rouges sont un rappel du titre Fille de rouge mais également du fil invisible de ce livre. Le résumé annonce un livre doux et dur, étrange mélange de contradiction m'incitant à en apprendre davantage, ce que je fis avec empressement.
Fille de rouge fait parti de ces romans qui se déguste, dont on se délecte de chaque mot. Une véritable sucrerie au goût exquis, une pâtisserie aux fruits rouges au parfum exaltant. Isabelle Alonso va, tout au long de son roman, nous faire découvrir la petite vie bien mouvementée d'Anne, une jeune fille complexée par la couleur rouge, moteur de l'histoire. Entre humour et insolite, ce livre nous berce de tendresse et d'affection.
 Les personnages ont chacun leur singularité, donnant ainsi un dynamisme à l'histoire. Il est aussi à noter que l'entièreté des chapitres ne conte pas l'histoire d'Anne, mais de Libertat et aussi de Virtudes, ces femmes de générations distinctes, rapprocher par le lien du sang, la couleur rouge. L'auteure va nous offrir plusieurs portraits moraux de ces femmes, mais surtout de la jeunette, Anne, la fille, la petite fille, celle qui ne veut pas avoir ces règle, celle qui ne pense qu'au rouge.
Y a-t-il vraiment une intrigue dans ce livre ? Je ne saurai vraiment le dire. Á mon sens, les événements vont et viennent, rythmant le récit de par les péripéties de chacune. I.Alonso nous permet de vivre une relation intergénérationnelle au plus profond, dans ce qu'il y a de plus sincère, de plus respectable.
Fille de rouge est une petite perle, une pépite que l'on a pas envie de lâcher, que l'on déguste, que l'on sirote avec amusant. Que vous dire de plus ? Ce livre est un cadeau tout emballé, il ne vous reste qu'une chose à faire : l'ouvrir. Je ne manquerai pas de lire d'autres ouvrages de cette auteure. Je ne peux que vous recommander cette douceur.




1 commentaire:

Merci de ton passage :)