Dernières chroniques sur le blog

Heberger image Heberger image Heberger image Heberger image Heberger image Heberger image Heberger image Heberger image

6 avr. 2016

[ livre ] Zone ( 1 )




Résumé

Septembre 2009, Ullapool, 6 morts. Octobre 2011, Mer du Nord, 38 morts. Août 2013, Skägen, 72 morts. 8 Septembre 2015, Folkestone. Les troupes du Major Kieran Wallace prennent position. Personne n'entre, personne ne sort. Zone est un thriller sombre construit sous la forme d'un huis-clos à la mécanique implacable, dans lequel un ensemble de personnage sera confronté à une catastrophe terrifiante.Un seul choix: survivre.Une seule question: comment? OSEREZ-VOUS PÉNÉTRER DANS LA ZONE?

Autres informations

► Horreur / Thriller
► Editions Autoédité 
► Paru en 2014

Lu en 2/3 jours en novembre 2015. Je remercie l'auteur qui a pris contact avec moi et m'a envoyé son roman en version numérique. J'ai ainsi eu la chance de découvrir le premier tome de ZONE, chroniques d'un denier jour. Je tiens à préciser que la version numérique est en deux tomes, contrairement à la version papier qui elle est constituée d'un seul tenant, je ferai donc deux chroniques.


Steeve Hourdé nous présente ici un récit très intéressant qui mêle habilement le fantastique à l'horreur. Des créatures surnaturelles surgissent de manière totalement improbable et déciment les humains dans un lieu à chaque fois ciblé. C'est ainsi que nous est présentée l'histoire, ces attaques prenant le nom d’Occurrence.

L'ambiance du récit est vraiment très noire, glauque et malsaine, l'air y est réellement pesant et le danger palpable. L'auteur a su créer un univers à la fois terrifiant et empli de mystère dans lequel le lecteur est happé. Les descriptions des lieux sont telles que j'ai eu l'impression de faire partie intégrante de l'histoire, de jouer un rôle – même secondaire – aux côtés des personnages. Les créatures décrites par S.Hourdé invitent à la peur et plus encore à la terreur, elles nous apparaissent comme des bêtes à tuer dépourvues de toute once d'humanité, uniquement animées par la soif de sang.

Les personnages sont vraiment très nombreux, mais aussi et surtout très différents, ce qui permet de les distinguer assez facilement au fil de la lecture. Je n'ai pas immédiatement compris le choix de l'auteur, pourquoi mettre en scène un si grand nombre de personnages et suivre le parcours de chacun d'entre eux ? La réponse nous est donnée à la toute fin dans une note de l'auteur. Et je dois avouer qu'après avoir lu cette note j'ai mieux saisit le sens, le pourquoi du comment. Les protagonistes de l'histoire sont pris au piège, encerclés par les créatures maléfiques qui menacent de les exterminer. La situation semble sans issues, leur destin scellé. Il est intéressant de suivre le cheminement des personnages, la manière dont ils réagissent face à l'ennemi, face à la mort.

S.Hourdé possède une plume fluide et agréable, facilitant la compréhension du récit. Il ne s'attarde pas sur les descriptions inutiles, allant directement à l'essentiel, ce que j'ai tout particulièrement apprécié. Nous avons ainsi une vue de l'intérieur, avec les survivants et les montres, mais également une vue de l'extérieur. Les deux visions sont bien évidemment très différentes et c'est de cette différence que naît leur complémentarité. Je ne saurais dire si j'ai préféré suivre l'action intra-muros ou la suivre avec le Commandant Kieran.

Le mystère quant à l'origine de ces créatures arachnides plane tout au long du récit. L'horreur domine et l'inquiétude gagne progressivement du terrain. Des éléments de réponse sont apportés, mais pas suffisamment pour satisfaire l'appétit grandissant du lecteur. Je n'ai qu'une hâte, dévorer le tome 2 comme les créatures dévorent les humains.

Cette histoire ne nous montre pas seulement la manière dont l'être humain réagit face à la peur de l'inconnu, elle nous pousse à réfléchir au comportement que nous adopterions dans une telle situation.

"Tout commandant que vous êtes, face à l'enfer, vous n'êtes rien."

"Le Major Wallace n'était pas là pour rétablir une situation, ni même pour la contrôler. Sa mission était d'être présent au moment où, de toute façon, ça allait dégénérer, et d'improviser. Ni plus, ni moins. Tout simplement, car il était la seule personne sur cette planète à posséder cette expérience si particulière."


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de ton passage :)