Dernières chroniques sur le blog

Heberger image Heberger image Heberger image Heberger image Heberger image Heberger image Heberger image Heberger image

29 janv. 2015

# Un mois, un auteur #5 Yasmina Khadra

Yasmina KHADRA ✍


Bibliographie
Amen, 1984
Houria, 1984
La fille du pont, 1985
El Kahira,1986
De l'autre côté de la ville, 1988
Le privilège du Phénix 1989
Le dingue au bistouri, 1990
La Foire des Enfoirés, 1993
Morituri, 1997
L'automne des chimères, 1998
Double Blanc,1998
Les agneaux du Seigneurs, 1998
A quoi rêvent les loups, 1999
L'écrivain, 2001
L'imposture des mots, 2002
Les hirondelles de Kaboul, 2002
Cousine K, 2003
La part du mort, 2004
L'attentat, 2005
Les Sirènes de Bagdad, 2006
Ce que le jour doit à la nuit, 2008
Le Quatuor Algérien, 2008
L'Olympe des infortunes, 2010
L'équation africaine, 2011       lu


Biographie
( Babelio )

Yasmina Khadra est le pseudonyme de l'écrivain algérien Mohammed Moulessehoul, né le 10 janvier 1955 à Kenadsa, dans le Sahara algérien (alors en Algérie française), d'un père infirmier, membre actif de l'ALN et d'une mère nomade.
Son père, officier de l'ALN blessé en 1958, veut faire de lui un soldat en l'envoyant dès l'âge de neuf ans dans un lycée militaire, où il fait toutes ses études avant de servir comme officier dans l'armée algérienne pendant 36 ans. Durant la période sombre de la guerre civile algérienne dans les années 80-90, il est l'un des principaux responsables de la lutte contre l'AIS puis le GIA, en particulier en Oranie. 
Moammed Moulessehoul choisit en 1997, avec le roman Morituri, d'écrire sous pseudonyme. Diverses raisons l'y poussent, mais la première que donne Moulessehoul est la clandestinité. Elle lui permet de prendre ses distances par rapport à sa vie militaire et de mieux approcher son thème cher: l'intolérance.
Officier dans l'armée algérienne, il démissionne en 2000, pour se consacrer à sa vocation: l'écriture, et choisit de s'exprimer en langue française. Après un court passage au Mexique, il vient s'installer en 2001, en France, où il habite encore aujourd'hui. En 2002 dans "L'imposture des mots", Khadra-Moullessehoul répond aux attaques qui fustigent son passé militaire.
Il choisit de rendre hommage aux femmes algériennes et à son épouse en particulier, en prenant ses deux prénoms, Yasmina Khadra, et ne révèle son identité masculine qu'en 2001 avec la parution de son roman autobiographique "L'Écrivain" et son identité tout entière dans "L'imposture des mots" en 2002. A cette époque ses romans ont déjà touché un grand nombre de lecteurs et de critiques.

Pourquoi cet auteur ?

J'ai l'habitude de vous parler d'auteurs de romans policiers ou de fantastique, j'ai cette fois-ci décidé d'aborder un auteur plus contemporain. Je n'ai eu l'occasion de lire qu'un seul de ses romans pour l'instant, mais la force avec laquelle j'ai été touchée m'a incité à vous en dire davantage. L'équation africaine est un livre qui perturbe, qui dérange autant qu'il fait sourire. Ce roman dégage une aura surpuissante à laquelle personne ne peut rester insensible. L'histoire m'a profondément affectée, attristée, elle m'a fait prendre conscience d'une réalité souvent oubliée, délaissée. L'auteur a su mettre le doigt là où ça fait mal, sur un point sensible tout en gardant une plume des plus poétiques. C'est surtout ce qui m'a conquise. Ce mélange de poésie et de légèreté dans un roman aux thèmes durs. Yasmina Khadra est parvenu à transmettre un message à travers les pages se succédant, un message fort mais surtout un message humain. Je ne sais pas, ne connais pas le reste de son œuvre mais je compte bien la découvrir pour me rapprocher de son univers, pour y déceler d'autre leçon de vie. Je ne peux donc que vous recommander cet auteur qui en un seul volume a su me charmer et me faire voyager au-delà des mots. J'admire cet auteur et son travail, les valeurs qu"il défend et les raisons qui le poussent à écrire. 

4 commentaires:

  1. Je ne connais pas cet auteur, je n'ai lu aucun de ses livres mais après ton article, c'est bien possible que je me renseigne plus en profondeur !

    RépondreSupprimer
  2. C'est un auteur que je ne connais pas du tout, donc je ne peux rien en dire, à voir si je lis un de ses livres un de ses quatre :)

    RépondreSupprimer
  3. Cet article est super interessant ! j'ai plusieurs de ces livres dans ma PAL, et ne m'étais jamais penché sur sa biographie ! je pensais que c'était une femme ! maintenant je sais pourquoi il a ce pseudo :)

    RépondreSupprimer
  4. De part ta chronique sur "l'équation africaine", je ne connaissais ce monsieur que de nom. Mais je t'avoue que je pensais que c'était une femme ! xD En tout cas, ton article est très intéressant et Khadra a un parcours très intéressant aussi, et j'ai bien envie de lire ses livres, au moins l'un de ses livres ! :)

    RépondreSupprimer

Merci de ton passage :)