Dernières chroniques sur le blog

Heberger image Heberger image Heberger image Heberger image Heberger image Heberger image Heberger image Heberger image

26 sept. 2014

Pour Mémoire, récit de la fille cachée de F.Mitterrand !


                     • Mazarine Pingeot                • Editions Julliard 2011
                     • Drame                                  • 85 pages




Comment passer à côté d'un livre sur la Shoah ! Chose impossible pour moi, je me suis fait un devoir de lire ce récit une fois que je l'ai eu entre les mains. Je suis irrémédiablement attiré par ce sujet, aussi sombre soit-il !

Un titre évocateur du passé, mais de quel passé ? Celui dont il fait bon de se souvenir, ou l'autre, celui que l'on enfoui et dont seul les manuels scolaires rapportent encore le destin de victimes ? Tout porte à croire qu'il s'agit du second, celui que l'on préfère oublier pour que jamais pareil traitement ne soit de nouveau infligé.

Concentration et succession d'actions dans un livre de moins de 100 pages très enrichissant. Pour mémoire a su avoir sur moi un véritablement impact moral. Je m'attendais à ce qu'on relate l'évolution d'un jeune garçon qui, suite au visionnage de quelques images inappropriées pour son jeune âge et très porteuses de sens, se tourne vers une quête de compréhension, une véritable réflexion. C'est en partie ce que j'ai trouvé, avec un vrai raisonnement, une véritable volonté de comprendre ce qu'ILS ont enduré durant la Shoah.
Je me suis donc plongée dans ce livre au style particulier, en effet, l'histoire est racontée de telle manière que nous sommes ce petit garçon et qu'une voix familière nous retrace notre parcours. C'est assez troublant au début, mais l'on fini par se prêter au jeu, ce qui permet de mieux cerner le personnage. Ce jeune homme m'a plu, car tout chez lui indiqué ce que je me refuse à devenir : un être obsédé par le passé cherchant par tous les moyens à revivre l'expérience de ces déportés.
On assiste à une torture mentale, une souffrance des plus douloureuses infligée par soi-même pour des raisons que nous sommes le seul à juger bonnes, utiles. Pensant racheter notre part de la dette, celle que l'humanité porte : la perte de milliers de personnes. Brûlées, exterminées, oubliées.
Ce roman est donc un condensé de ce qu'il peut arriver si notre obsession dépasse la raison, entraînant des conséquences gravissimes, une déshumanisation totale... L'histoire m'a touchée, autant par l'ampleur des décisions du jeune homme que son état mais aussi celui de sa famille. Je me suis attachée à lui, inconsciemment.
Il y a un véritable fil directeur reliant tous les éléments entre eux, ce qui permet une lecture certes compréhensible, mais difficile par moment car les mots nous accablent de reproches et de réflexions en tout genre. Je suis donc ressortie non pas grandie, mais changée mentalement de ce livre. Je vois mon désir de savoir s'accroître tout en conservant une certaine méfiance à son égard. Car si l'on peut guérir, l'on peut aussi replongé à chaque instant. Le savoir est aussi addictif qu'une drogue.


2 commentaires:

  1. Je ne connaissais pas mais ta chronique me tente beaucoup :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est très court et captivant, si tu le vois: n'hésites pas ! :)

      Supprimer

Merci de ton passage :)